BLOG

Essayer ou décider de réussir ?

De l'essai à la réussite

April 10, 20238 min read

La plupart des clientes qui viennent consulter pour l’adaptation d’un programme nutritionnel repartent en me disant : OK c’est super tout ça, je vais essayer !

Alors là, même si elles ont déjà la main sur la poignée de la porte, même si on est déjà dans la salle d’attente… demi-tour ! 

essayer

Il n’est pas question “d’essayer”. Il est question de réussir.

Explication

Ce qu'il y a de plus important à comprendre quand on veut changer de comportement, créer de nouvelles habitudes, réussir un projet... c'est qu'on doit utiliser des mots que notre inconscient nous comprenne et nous aide au lieu de “bloquer” de manière insidieuse et souterraine.

On ne peut pas essayer de faire quelque chose. C'est tout simplement impossible.

Ou bien on fait, ou bien on ne fait pas. On ne peut pas dire "j'essaierai de ne pas manger entre les repas". 

Soit on mange, soit on ne mange pas. Soit on décide : je mange. Soit on décide : je ne mange pas.

Dire “je vais essayer” c’est ne rien décider. Donc normal que cela n’aboutisse à rien…

On ne peut pas dire “j’essaierai de cuisiner”. Soit on cuisine, soit on achète des plats préparés.

On ne peut pas “essayer de ranger sa chambre”. Soit on se prend par la main et on range, soit on ne range pas. Peut-être que pour réussir, il est nécessaire de “prendre le temps”, de commencer par ici et continuer demain par là. De m’occuper de l’armoire, puis de la table, ou de commencer par le lit si le capharnaüm est complet !

marie poppins

Mais essayer ne donnera rien. Non, je décide que ce soir, quoiqu’il se passe, de 6 à 7, je range ma chambre. Point. Ou je décide que le matin, tous les matins, je fais mon lit avant de quitter ma chambre. Mais essayer… essayer d’y penser… essayer de ranger sans me lever de mon siège, à moins d’être Marie Poppins, cela ne donnera rien !

Et encore, Marie Poppins, elle enclenchait une intention pour faire. Essayer ne permet pas d’enclencher quoi que ce soit dans le futur.

L'inconscient ne comprend pas “essayer”

Parce que l'inconscient ne comprend pas “essayer”. Il suppose que l’action envisagée est optionnelle et qu’elle n’a donc pas vraiment besoin d’être accomplie…

Il est donc primordial de rayer le mot “essayer” de son vocabulaire, tout du moins au présent et au futur. Et par le remplacer par plus utile : j’expérimente ceci… je fais cela… je commence dès maintenant… je décide de …et que chacun de mes choix, chacune de mes décisions n’a rien d’optionnel. Personne ne m’oblige, c’est moi qui ai décidé et c’est comme ça.

Il peut éventuellement rester, lors de bilan sur nos actions passées, la formulation : j’ai essayé ceci ou cela… 

Oui… Vous avez essayé ceci ou cela par le passé. OK.

Hé oui, essayer est un verbe qui n’a le droit d’exister qu’au passé !

essayer le pouvoir du mot

Dire : “j’ai essayé ça” (action passée qui a réellement existé)... n’a pas du tout le même sens que “je vais essayer” (possible action du futur qui prête au doute…)

Vous avez essayé ??? que s’est-il passé ? Réussite, échec ?

Ne vous arrêtez pas à  “cela n’a pas fonctionné” . Prenez le temps d’analyser le “pourquoi ça n’a pas fonctionné”.

Car apprendre de ses échecs est la base de la réussite.

C'est vraiment important. Les formes mentales, le temps du verbe ont le pouvoir de créer des changements et cette notion remonte au premier humain doué de raison. Toutes les cosmogonies, c’est à dire toutes les théories expliquant la création du monde, quelles que soient leurs origines territoriales, parlent du pouvoir créateur du verbe : que la terre soit ! 

Tout ce que je fais, je le pense, je le décide : c'est la base.

Tout ce qui m’arrive, je l’ai initié, je l’ai cru, je l’ai rêvé, j’en ai eu peur, je le redoutais… à un moment donné, je l’ai mis en mots, je l’ai mis en image, je l’ai ressenti…

Toute mise en mot correspond à une forme mentale et finit par prendre forme d’une manière ou d’une autre.

le pouvoir du mot

Ce qui veut bien dire que j’ai tout intérêt à veiller à la clarté de mes pensées, de ma manière de mettre en mots, de veiller aux mots que je choisis lorsque je cherche à atteindre un objectif.

“Je dois perdre du poids” n’est pas une formule judicieuse…  Votre inconscient a appris que lorsque vous avez dit “j’ai perdu mes clés”, derrière il y avait toujours “il faut que je les retrouve”... Donc si je perds du poids, mon inconscient fera tout pour que je le retrouve !

“Je ne peux pas me le permettre” bloque l’abondance… Je ne pourrai jamais rien me permettre ? Et surtout pas être demain dans l’abondance.Transformez, transformez ! Ce n’est pas pour aujourd’hui…et si c’est quelque chose d’important, imaginez simplement que demain, un jour, cela sera possible. On a le droit de rêver. Et comme le disent tous les grands artistes, tous les grands entrepreneurs qui ont réussi, leur réussite n’est que la réalisation de leurs rêves, de leurs envies, de leurs visions du futur.

Hé oui… cessez de penser que “Les gens riches sont malhonnêtes”. Je vous laisse deviner le blocage sous-jacent… surtout si l’honnêteté est une valeur importante pour vous. Et si elle ne l’est pas, voyez la suite dans les choix malheureux que vous risquez de faire et vers quoi cela pourrait vous emmener…

Hé oui, parce qu’une croyance a des conséquences !

Si l’honnêteté est une valeur importante pour moi, dès que j’aurais un peu d’argent (travail bien payé, prime exceptionnelle, héritage, gain au loto…), je risque de le gaspiller pour surtout ne pas rester dans cet état de richesse… 

Je souris en repensant à mon grand-père qui avait cette valeur et se refusait de parier aux courses. Pourtant, il connaissait parfaitement les chevaux et en les voyant avant la course, il savait lequel gagnerait, et ne se trompait jamais.

le pouvoir des mots

Mais il ne jouait pas parce que gagner de l’argent sans travailler dur n’était pas une valeur acceptable pour lui. Il a habité toute sa vie avec sa femme et sa fille dans un 3 pièces sans confort, avec un seul robinet et des toilettes dans la cour.

De même, lorsqu’un ami lui a proposé d’être son associé pour monter une société commerciale qui a connu la réussite, il a refusé et préféré rester un simple employé sur les compétences duquel reposait le projet. Ses valeurs ont entraîné ses choix. Son ami a construit une entreprise à succès mais lui est resté droit dans ses bottes avec ses convictions qu’il fallait travailler dur pour gagner sa vie sans chercher à faire de profits “malhonnêtes”.

Et à contrario, si l’honnêteté n’est pas une valeur importante et que j’ai cette croyance que les gens riches sont malhonnêtes, cela veut dire que pour être riche, la solution, c’est la malhonnêteté. Et de là, on peut être tenté de se demander quelles actions malhonnêtes, quelles arnaques infaillibles je peux commettre pour devenir riche ? Voler dans la caisse ? Attaquer une banque ? Vendre de la drogue à la sortie des lycées ? Arnaquer les petits vieux de mon quartier ? 

Du mot aux croyances et aux valeurs

Comme quoi nos valeurs, construites par notre famille, notre culture, notre éducation, notre formatage sociétal, par ce que nous sommes au travers des expériences vécues, sont elles aussi des croyances sur le bien et le mal qui peuvent nous porter haut ou nous limiter. Ce qui est un autre sujet que je développerai un jour.

Les mots ont donc leur importance. Qu’ils soient émis à haute voix ou seulement pensés. Ils ont un effet prodigieux sur notre vie quotidienne. S’ils se répètent encore et encore, ils deviennent réalité.

les mots ont du pouvoir

Les mots sont de l’information. Et l’information a une énergie. Il est maintenant démontré que cette information énergétique transforme notre ADN. Vous doutez ? Faites une petite recherche sur ce qu’est l’épigénétique. Hé oui, notre environnement (ce que nous pensons, ce que nous vivons, nos émotions, nos expérimentations) a une influence sur notre génome par des modifications dites épigénétiques.

Les mots répétés créent des égrégores de pensée. C'est-à-dire une agrégation des croyances, des intentions, des énergies et des désirs du niveau des pensées qu’ils véhiculent.

Lorsque ce niveau est élevé, tout va bien. Courage, empathie, écoute, joie, réussite, amour, légèreté, espoir, abondance, gratitude… ne peuvent que nous aider à traverser ce qui n’est pas facile dans notre vie.

Lorsque ce niveau est bas, très bas… aïe… frustrations, reproches, colère, découragement, culpabilités, peurs, … entraînent vers le bas et finissent même parfois par créer des états que l’on identifie comme “permanents”. On cherche des coupables: 

  • soi-même, si l’on est dans la culpabilité, 

  • les autres, si notre ego refuse de prendre la responsabilité de notre condition. 

Et franchement, l’un n’est pas mieux que l’autre.
Alors, surveillez votre vocabulaire et veillez à transformer tous les potentiels “Je vais essayer”, je veux perdre, je dois m’y mettre et autres croyances et valeurs non fondamentales qui pourraient freiner votre réussite.


Envie d'en savoir plus sur le pouvoir du mot, la logosynthèse et mes autres techniques pour transformer votre réalité ? Demandez à recevoir le planning des ateliers (en présentiel et à distance).

blog author image

Agnès Couturier

Agnès Couturier s'est spécialisé en nutrition et en accompagnement émotionnel, ayant elle-même surmonté des années d'obésité et de mal-être. Elle a développé une approche de la nutrition influencée par son expérience personnelle et son passé de formatrice. Elle a également créé une formation de coachs en nutrition ainsi que des outils pour la transformation des habitudes nutritionnelles, lancé une boîte à outils destinée aux professionnels de la nutrition, créé une application nutrition et sport et divers modules de transformation autour de la nutrition, de la gestion des émotions et du développement personnel.

Back to Blog


© Chrono-EquiLIBRE / Agnès Couturier


Ce site n'appartient pas à Facebook et n'est pas affilié à Facebook Inc. Le contenu de ce site web n'a pas été vérifié par Facebook. Facebook est une marque déposée de Facebook, Inc.